I have a dream



Flash-Back : épisode 2

Le guide reprend son interminable monologue. J’ai dans l’idée de laisser le groupe me distancer lorsque soudain, toute la troupe s’arrête devant une fosse où subsiste une immense arche de pierre, seule vestige d’un temple romain. Impressionnante, c’est sûr. Comment tient-elle debout d’ailleurs ? Ils n’avaient pas le ciment, les Romains, que je sache ? On nous raconte peut-être son histoire, mais je n’écoute pas. Les autres élèves non plus d’ailleurs. Matthieu s’avance vers moi et me chuchote à l’oreille :
- Eliane ? T’es chiche de descendre jusqu’à l’arche ?
Matthieu est mignon. Et il est… tellement gentil, compréhensif, c’est vrai, je crois que lui m’aime bien, si il n’y avait pas les autres, peut-être… Et c’est si rare qu’on s’intéresse à moi. J’apprécie d’un coup d’oeil le dénivelé de la fosse et je hoche la tête :
- Tu me prends pour qui ? Evidemment que je peux le faire !
Je suis sûre de beaucoup l’impressionner, sûre aussi de le regretter si je me fais prendre, les menaces de ma prof étants particulièrement limpides.
- Alors, t’y vas ?
Un petit groupe s’est rassemblé autour de nous, une fille s’approche, une qui ne me parle presque jamais :
- Allez Éliane ! La prof va sûrement fait un arrêt cardiaque !
On ricane bêtement.
Je n’ai pas envie qu’ils me prennent pour une trouillarde. Je crois que même si pour la plupart ils ne m’aiment pas, ils admirent ma témérité. Je l’espère…
- OK, c’est bon, je fonce ! Attention les yeux !
Je me glisse sous la barrière de sécurité, ignore le panneau “défense d’approcher”, dévale la pente en un éclair dans un nuage de poussière brune, entraînée par mon élan, et je me planque derrière l’arche – que j’ai bien failli percuter. On ne le voit pas de là-haut, mais elle est gravée d’inscriptions en latin, de runes incompréhensibles, de symboles qui me laissent une impression étrange, un peu désagréable. Pour masquer mon malaise, je fais signe aux copains, là-haut. La prof ne s’est aperçue de rien, ils pouffent de rire, quand soudain, le guide se retourne. Je me recroqueville contre la pierre froide en priant pour qu’il ne m’aie pas vue… et j’aperçoit, juste sous mon nez, une inscription en tout petit -et en latin-. Je l’effleure du bout des doigts. Je n’arrive pas à la déchiffrer, les lettres sont illisibles, mais même si je le pouvais, je serai bien incapable de la traduire. Je dors en cours, vous l’aurez compris… J’ai des picotements dans tout le corps. Je crois que je vais remonter, je ne me sens pas très bien ici. Je passe sous l’arche pour entamer la remontée de la pente mais… Ma tête tourne, tourne…
Je m’effondre sur le sol de terre battue.


  1. julie écrit:

    hey!!! j’aime bien, c’est super comme début, jrviendrai un peu plus tard pour voir la suite!! en éffet sa ma fait marré quand j’ai vu l’allusion au moulin du fa!!!ah ah ah!jvoudrai savoir:la prof de latin elle est inspirée de la notre?
    C’est tré intéréssant tout sa mais quand c’est qu’on creuse????!!!

    Citer | Posté 17 septembre, 2008, 14:48
  2. menthe écrit:

    Bah oui ! mais aucun rapport avec notre Mme C. J’espère que peu de profs égalent la méchanceté de mon personnage ! Voilà… Pour les informations historiques j’assure pas qu’elle seront toutes vraies parce que bon, moi non plus je foutais pas grand-chose en cours de latin, et j’te parle pas de la sortie scolaire ( ouais, c’est super mais on creuse quand ? ) :-)
    PS : bientôt la suite ! Et allez voir mon n’autre blog aussi ! ( dans mes liens, tadaa )

    Citer | Posté 21 septembre, 2008, 18:37

Laisser un commentaire

Ebauche d'une histoire... |
maggymauve |
Au boulot les 3ème ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | En quatrième
| L'Encre de Phoebé
| "Le regard des autres", 1er...